Passif, réactif ou proactif ?

Soyez proactif ! Plus productif ! Plus actif !

Euh, non pas tout à fait. Pas vraiment. Être proactif, c’est prendre sa vie en main. Qu’est-ce que ça signifie exactement ? Commençons par voir le passif !

D’après Danie Beaulieu, PhD, on naît passif. On est pas capable de se trouver à manger seul, on est pas capable de se laver seule*… C’est le développement normal. Le problème se pose quand, à l’âge adulte, vous êtes encore passif. Vous savez, cet homme qui se plaint constamment de son couple, de son travail, de ses enfants, de ses parents, de ses amis, de… enfin, vous avez compris. Il est rare d’être complétement passif, mais ça arrive de l’être à 80-90% du temps ! En étant passive, vous n’aurez aucune fierté. La passivité n’apporte pas le bonheur.

Un enfant qui grandit passe au stade du réactif, quand il se rend compte que son comportement a une influence sur son environnement. Si je fais un dessin, papa et maman sont contents et m’aiment. Imaginons une famille de médecins : tu seras médecin ma fille. La réactive va le faire parce qu’on lui a dit de le faire, sans réfléchir, sans se poser de questions. Elle va suivre le chemin tracé pour elle. Il fera 30 minutes de marche par jour parce qu’à la télé on a dit que c’était bien pour lui. Pas parce qu’il le veut, pas parce qu’il sent les bienfaits sur son corps, non, juste parce qu’on lui a dit « fais-le ». La plupart des gens s’arrête ici.

Mais attention ! La rebelle peut être totalement réactive aussi ! Décider de faire l’opposé de ce que nos parents, la société attendent de nous juste pour être dans l’opposition n’est pas très réfléchi. Dans les deux cas, c’est l’autre qui a la télécommande. Pas vous.

Ensuite, enfin, être proactif. Ça ne signifie pas forcément être actif. Vous pouvez être proactif tout en regardant des séries sur votre canapé. Comment ?? Oui, je vous assure. Si vous le faites parce que vous vous accordez une pause plaisir, parce que vous êtes fatigué et avez besoin de vous reposer, alors oui, vous êtes proactif. Une personne proactive va faire ce qui est bon pour elle, tout en ayant de la discipline. Elle va tracer son propre chemin. Elle fera médecine parce que ça fait sens pour elle, parce qu’elle aime ça, ou elle sera artiste, pas par rébellion, mais bien parce que c’est le chemin qui fait sens pour elle. Le proactif saura dire non aux conventions sociales quand elles ne sont pas bonnes pour lui (se forcer  à se resservir un plat parce que les hôtes insistent). Il sera capable de prendre des initiatives mais ne sera pas forcément plus productif, ça dépendra. Certes, il est plus égoïste, parce qu’il pense à lui. Mais ! Il le fera dans le but de se respecter. Si ça devient maladif, c’est qu’il est réactif. La proactive laissera derrière elle les poids qu’on lui a fait porter (injonctions familiales, sexistes, racistes…) pour assumer ses décisions et devenir entièrement responsable de ce qu’elle fait de sa vie. Elle sera fière d’elle.

On peut être passif dans l’entretien de sa maison et proactif au travail, complètement réactif face à ses parents et proactif dans son couple… Alors, dans quel domaine de votre vie vous êtes passive ? Réactive ? Proactive ?

Si vous êtes thérapeute, psychologue, coach, sophrologue et que vous souhaitez des outils dynamiques et concrets pour accompagner vos patients/clients à être proactifs, je vous propose la formation Techniques d’impact : Proaction et autonomie

*j’alterne volontairement entre féminisation et masculinisation des mots, de manière aléatoire

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée.